On en jase...

La discrimination face aux personnes grosses

by Sep 17, 2019Histoire de corps - Article0 comments

PAR LA GANG DE BAMC

La vérité est troublante : nous sommes conditionnés à discriminer les personnes qui ne sont pas minces. Les enfants (aussi jeunes que cinq ans !) attribuent aux personnes grosses des qualités négatives. Pourtant, ce n’est pas notre poids ou notre silhouette qui prédit notre santé et notre longévité, mais bien nos habitudes de vie. Malgré cela, toute une industrie capitalise sur nos insécurités et notre obsession à vouloir ressembler à un seul modèle de beauté : l’industrie de l’amaigrissement, qui génère 60 milliards de dollars par année en Amérique du Nord.

Une perception faussée

La majorité de la population pense que les personnes grosses sont paresseuses, qu’elles n’ont pas de contrôle, qu’elles sont moins compétentes, qu’elles sont moins motivées, qu’elles prennent moins soin d’elles, qu’elles s’empiffrent continuellement… Cela peut avoir de réelles conséquences sur leur qualité de vie : de l’intimidation à l’école, des problèmes lors de recherche d’emploi, des services de santé pris moins au sérieux, des blagues irrespectueuses dans les émissions de télévision, des taquineries de la part de l’entourage proche, un moins bon service dans les endroits publics et même des commentaires en provenance de parfaits étrangers.

La Dre Stéphanie Léonard est bien familière avec ce problème. « Dans ma pratique, les personnes grosses me parlent souvent des commentaires blessants de la part de leurs proches, de la gêne qu’elles ressentent à l’idée d’aller faire de l’exercice physique dans un centre de conditionnement physique, des obstacles de la vie de tous les jours auxquels elles ont à faire face, comme des chaises pas assez larges dans les endroits publics ou de l’équipement médical qui n’est pas adapté à leur taille, de la difficulté à s’habiller avec de beaux vêtements de bonne qualité, du manque d’empathie de la part de leur médecin de famille, et plus encore. »

Les répercussions de cette stigmatisation

La discrimination face aux personnes grosses n’est pas sans conséquence ; au contraire, elle peut laisser de réelles cicatrices et causer des dommages difficiles à réparer. Être victime de paroles ou d’actions négatives par rapport au corps peut causer une insatisfaction face à son apparence physique et affecter l’estime de soi. De plus, ce sentiment de dévalorisation et cette impression d’être inadéquat et indésirable rendent les relations amoureuses ou intimes beaucoup plus ardues.

On pense « rendre service » aux personnes grosses avec des commentaires négatifs en pensant que cela fera qu’ils se prendront en main ? Cette perception est complètement fausse ; on observe plutôt le contraire ! Selon une étude menée par le Health Behavior Research Centre à Londres auprès de presque 3000 participants et des données collectées au sein du English Longitudinal Study of Ageing, la discrimination à l’égard des personnes grosses crée plutôt un risque accru de développer des problèmes sérieux d’obésité.

Que faire pour changer la perception face aux personnes grosses ?

Comme lorsqu’il s’agit de faire évoluer n’importe quelle mentalité, c’est d’abord en informant les gens qui nous entourent qu’on viendra à bout de la discrimination face aux personnes grosses : la famille, les amis, les collègues, les professionnels de la santé et le public en général. Et ça commence tôt : l’acceptation de la diversité corporelle et l’inclusivité devraient être enseignées dès le plus jeune âge à l’école !

Aux États-Unis, certaines villes comme San Francisco, Santa Cruz et Washington DC, ainsi que l’état du Michigan, ont pris les grands moyens en légiférant contre la discrimination envers les personnes grosses. Selon une étude menée par l’université Yale sur l’ouverture du public à prendre de telles mesures, 60 % des participants étaient en faveur d’une loi qui interdirait la discrimination, de l’inclusion du surplus de poids dans les droits civiques et de l’admissibilité des problèmes liés à un trop important surplus de poids dans les protections d’invalidité. Comme quoi il est possible d’apporter de réels changements !

Apprendre à aimer son corps, peu importe son apparence 

La plupart des gens croient à tort que la minceur ou l’excès de poids d’une personne dépendent tout simplement de sa bonne volonté. En fait, selon la théorie du poids naturel, notre poids est physiologiquement prédisposé autour d’un intervalle que le corps tente de maintenir. Il existe aussi une tonne de facteurs pouvant influencer la perte ou la prise de poids chez un individu, comme la génétique, l’état de santé, l’accès à des aliments sains, la capacité à faire de l’exercice, l’âge et plusieurs autres éléments totalement hors de notre contrôle. C’est pourquoi il est grand temps de comprendre que la diversité corporelle est ce qui nous rend tous beaux, à notre façon. 

Comment faire pour enfin apprendre à s’accepter et ignorer les commentaires négatifs ? Tout d’abord, il est important de remettre en question les critères de beauté irréalistes que l’on nous propose et de faire le deuil du corps parfait… car celui-ci n’existe tout simplement pas. La petite voix intérieure qui nous dit qu’on est trop ceci ou pas assez doit se taire à jamais ! Il faut également arrêter de se comparer aux autres et célébrer ce qui nous rend uniques. Enfin, basta, les diètes et les régimes : donnons à notre corps ce dont il a besoin, c’est-à-dire des aliments sains et frais, de l’exercice de façon régulière, du repos et surtout, de grandes doses de bonheur au quotidien. Les détracteurs n’ont qu’à bien se tenir ; il n’y a rien de plus inspirant qu’une personne qui est bien dans sa peau !

À PROPOS       BESOIN D'AIDE       CONTACT       POLITIQUES

©BIEN AVEC MON CORPS / DESIGN PAR SCHMAK DESIGN

Share This