On en jase...

La bonne nouvelle «body positive» du mois: Dove lance la campagne #ArmsUp

Fév 25, 2020

PAR ARIANE BEAUDRY

La diversité jusqu’aux aisselles, est-ce possible? Dove croit que oui! Reconnue pour ses campagnes inspirantes des dernières années, la célèbre compagnie de soins de la peau lance #ArmsUp, une campagne visant à redonner un peu d’amour à toutes les aisselles.

Pour l’occasion, Dove a demandé à 13 femmes de partager leur histoire afin de démontrer que les aisselles n’ont pas à être lisses et dépourvues de poils pour être considérées comme belles. Parmi celles-ci, on retrouve l’extraordinaire Megan Jayne Crabbe, mieux connue sous le pseudonyme @Bodyposipanda, l’actrice, mannequin et activiste Jari Jones et Natalie, une créatrice de contenu atteinte de vitiligo. 

“I would love for the ideal underarm to just not exist.” 

«J’aimerais que l’aisselle parfaite n’existe tout simplement pas.» 

– Megan Jayne Crabbe, Bodyposipanda

Parallèlement à cette campagne, Dove a créé le sondage The Underarm Confidence afin de mieux comprendre le phénomène. Celui-ci a révélé que six femmes sur 10 ont déjà eu l’impression d’être jugées par rapport à l’apparence de leurs aisselles, et que 88% des femmes ressentent la pression d’afficher des aisselles «idéales», c’est-à-dire lisses et sans imperfections. Hé oui, un autre standard de beauté qui nous préoccupe!

Les 13 femmes mises en lumière dans la campagne #ArmsUp nous en apprennent plus sur leurs choix personnels. On y découvre avec bonheur des aisselles lisses, velues, ornées de poils violets, de tatouages et de cicatrices, qui sont parfois exposées, parfois dissimulées. La conclusion? Une aisselle ne vaut pas plus qu’une autre. Ça, c’est une bonne raison de lever les bras en l’air!

À PROPOS       BESOIN D'AIDE       CONTACT       POLITIQUES

©BIEN AVEC MON CORPS / DESIGN PAR SCHMAK DESIGN

Share This